Portail de service

FAQ

En cas d’alerte, une tonalité montante et descendante d’une minute retentit dans toute l’Allemagne, et une tonalité continue d’une minute est utilisée pour signaler la fin de l’alerte. De plus, les signaux des sirènes ne sont pas homogènes à l’échelle nationale. Renseignez-vous auprès de votre ville ou de votre commune sur l’utilisation des sirènes et la signification des signaux sonores locaux des sirènes.

Les messages d’alerte doivent être diffusés par le plus grand nombre de moyens possibles afin d’atteindre la majorité de la population. A cet égard aussi, la technologie et les procédures ont été continuellement perfectionnées pour répondre aux exigences stratégiques d’un système d’alerte intégré.

Aujourd’hui avec le système d’alerte modulaire (MoWas), la Fédération dispose d’un système d’alerte et de communication performant qui est utilisé conjointement par la Fédération et les Länder pour avertir et informer la population dans le cadre de la protection civile et en cas de catastrophe.

Le message d’alerte est transmis par satellite. La communication par satellite est moins sensible aux interférences comme les pannes de courant que les voies de transmission terrestres telles que la VHF ou la téléphonie mobile.

Le système d’alerte modulaire est divisé en domaines de déclenchement du MoWaS, des multiplicateurs d’alerte et des moyens d’alerte:

  • Le domaine du déclenchement comprend ce que l’on appelle les systèmes de transmission et de réception du MoWas dans les centres de crise de la Fédération et des Länder ainsi que dans les centres de contrôle qui y sont rattachés des autorités de première instance de la protection civile (généralement les arrondissements et les villes-arrondissements). A l’heure actuelle il y a plus de 100 stations en service au niveau fédéral. Outre les systèmes complets basés sur les satellites, un portail de saisie basé sur le web est disponible par lequel des messages d’alerte peuvent être transmis électroniquement aux systèmes complets en tant que modèle et déclenchés à partir de là. Cet accès en ligne est principalement utilisé par les autorités de première instance de protection civile et sera exécuté d’octobre 2017 à septembre 2020 en test live dans le cadre du projet national FSI-Fédération «Alerte à la population». Plus de 200 stations y participent sur le plan fédéral.
  • Les multiplicateurs d’alerte sont les autorités, les organisations et les entreprises (comme par exemple la «Deutsche Bahn») tous les organismes publics de radiodiffusion et un grand nombre de sociétés de médias privées, les services Internet et de radiomessagerie ainsi que les opérateurs d’applications (par exemple les applications d’alerte NINA, KatWarn, BIWAPP), à partir desquels les messages d’alerte sont transmis à leurs clients ou utilisateurs, c’est-à-dire en fin de compte à la population qui est le véritable destinataire. L’organisme émetteur dote les messages d’alerte d’un niveau d’alerte en fonction du danger. On distingue trois niveaux d’alerte:
  1. 1 – élevé – avis officiel de danger
  2. 2 – moyen –communiqué officiel de danger
  3. 3 – bas – information sur les dangers

Il existe un accord entre les multiplicateurs d’alerte et le BBK en tant qu’opérateur du MoWas qui oblige les multiplicateurs d’alerte à publier ou à transmettre des messages d’alerte. Les accords de multiplicateurs définissent comment les multiplicateurs, en particulier les stations de radio, doivent ou devraient traiter les alertes en fonction de leurs niveaux.

  • Pour ce qui est des terminaux (ou applications finales), tous les dispositifs d’alerte en relation avec le MoWas sont recensés grâce auxquels les multiplicateurs d’alerte émettent directement des avertissements et les mettent à la disposition de la population en tant qu’usager final. Cela comprend par exemple la radio, la télévision, internet, la téléphonie mobile et les panneaux numériques des villes.

Une fin d’alerte est lancée lorsque le danger pour lequel l’alerte a été donnée est passé ou que les effets ont diminué en conséquence. En règle générale, la fin de l’alerte est lancée par l’institution qui l’a donnée et en règle générale sur le canal par lequel l’alerte a été lancée. Ainsi, les stations de radio envoient ou lisent un message signalant la fin de l’alerte et l’application d’alerte NINA publie également un message de fin d’alerte.

Une alerte doit parvenir à toutes les personnes potentiellement concernées par un danger possible mais aussi, selon la situation, aux personnes qui pourraient se sentir légitimement concernées. Le groupe cible des alertes n’est pas exclusivement la population résidente, c’est-à-dire les personnes qui résident en permanence dans une zone et la connaissent donc plus ou moins bien, mais la population qui y séjourne.

La population qui séjourne est définie comme l’ensemble des personnes qui se trouvent dans une zone à un moment donné, indépendamment de la durée et de l’intention de leur séjour. Outre les résidents, il s’agit, par exemple, de voyageurs (vacanciers ou personnes ayant un court séjour de travail), des personnes de passage (en transit), des personnes qui font la navette (également au-delà des frontières nationales) et des personnes sans domicile fixe.

Cependant les alertes sont également adressées aux institutions, aux autorités et aux entreprises. Celles-ci peuvent prendre des décisions importantes sur la base des alertes comme par exemple adapter les processus de production ou prendre des mesures de protection.

Offres pour les Länder/communes

Offres pour la presse et les médias

Médiathèque

Films

Audio